En amont de la représentation de La Folle Enchère de Madame Ulrich au Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie de Vincennes (du 28 nov. au 8 déc.), La Subversive propose des "Apéros-Rencontres" ou "Café-Rencontres", selon l'heure !, les 1er, 5 et 7 décembre 2019.

L'entrée est gratuite mais réservée aux personnes détentrices d'un billet pour le spectacle de La Folle Enchère. La jauge étant limitée (25 personnes), la réservation est indispensable auprès de la compagnie : contact@lasubversive.org

 

 

  • dimanche 1er décembre : « Café-Actrice », 16h-16h45

Rencontre animée par la metteuse en scène Aurore Evain autour de ses recherches sur L'Apparition des actrices professionnelles en Europe, aux XVIe-XVIIe siècles (L’Harmattan) et la place du travestissement dans le répertoire des premières comédiennes.

Les actrices ne furent pas de tout temps les bienvenues sur la scène de nos théâtres. Leur apparition, entre le XVIe et le XVIIe siècles, suscita de vives polémiques. Pourtant, partout où elle fut accueillie, l’actrice évinça l’acteur travesti, et devint en quelques années une figure centrale du théâtre. Pourquoi les femmes, jusqu’alors bannies du jeu dramatique, furent-elles soudain fêtées sur la scène théâtrale européenne ? Comment cette révolution scénique put-elle s’opérer ? Quelles en furent les conséquences ? Ce Café-rencontre vous invite à découvrir les premières comédiennes. A travers cette nouvelle figure de la création, se dessinent en effet les profondes mutations culturelles qui agitaient l’époque, et dont le théâtre se faisait l’écho. De la prostituée à l’artiste accomplie, des personnalités variées et inattendues émergent de cette Histoire originelle de l’actrice.

 

  • Jeudi 5 décembre : « Apéro-Autrices», 19h30-20h15

Rencontre animée par la metteuse en scène Aurore Evain, qui reviendra sur ses 20 ans de recherche et création autour du Théâtre des autrices de l'Ancien Régime, de Marguerite de Navarre à Olympe de Gouges, de la recherche à la mise en scène, en passant par l'édition.

150 autrices ont écrit du théâtre sous l'Ancien Régime et se sont illustrées dans tous les genres : tragédie, comédie, farce, tragi-comédie... Plusieurs ont été jouées à la Comédie-Française, traduites dans d'autres pays européens, puis effacées des dictionnaires et histoires littéraires, malgré la qualité de leurs oeuvres. Aurore Evain reviendra sur ces figures d'autrices, leurs parcours, leurs oeuvres, et sur les mécanismes qui ont conduit à cette effacement, dont les autrices d'aujourd'hui payent encore le prix en terme d'invisibilisation et d'empêchement.

 

  • Samedi 7 décembre : « Café-Ulrich», 16h-16h45

Rencontre animée par la metteuse en scène Aurore Evain, autour de la libertine Madame Ulrich, de sa vie, et de son unique pièce La Folle Enchère.

Fille d'un musicien du roi, Madame Ulrich (née vers 1665 et morte après 1707) est une autrice de théâtre et éditrice française. Elle est l'une des trois autrices à avoir fait jouer une pièce à la Comédie-Française au XVIIe siècle. Elle fut aussi l’amie de Jean de La Fontaine, à qui elle rendit hommage un an après sa mort en éditant ses Œuvres posthumes. Mariée très jeune à une vieux barbon, Mme Ulrich s'affranchit très tôt de la tutelle maritale, multiplia les amants, fréquenta les cercles de jeux parisiens. Elle en paya le prix fort : régulièrement surveillée par la police sur les ordres du roi, elle fut emprisonnée au Refuge, aux Madelonnettes et à l'Hôpital Général, centre de corrections pour les femmes dites de "mauvaise vie". Son parcours retrace surtout celui d’une autrice et éditrice intégrée dans le courant libertin de son temps, dont la reconnaissance auctoriale et la création littéraire furent violemment contrariées par les conditions sociales et morales imposées aux femmes.